Le management participatif : les avantages et les inconvénients

Actuellement, il existe un mode de management qui dépasse le mode traditionnel directif pour administrer les entreprises. À l’opposé de l’approche directive, ce dernier implique les salariés dans la vie de l’entreprise pour une meilleure rentabilité et le développement de celle-ci. Appliquer ce mode d’administration peut apporter de nombreux atouts pour les entreprises, mais il présente aussi certaines limites.

Management participatif : les principes

Le management participatif est un style management en opposition avec le management directif qui consiste à ce que le manager donne des ordres aux salariés sur le travail à faire et comment il doit être fait. Par contre, le management participatif est un concept qui fait participer les salariés dans la vie de l’entreprise, notamment dans la prise de décision et dans la résolution d’éventuel problème.

Ainsi, la mise en œuvre du management participatif implique 5 principes. D’abord, le leader va mobiliser tous les salariés pour écouter leur avis et les faire participer sur un projet/objectif. Ensuite, il va déléguer le travail à ses collaborateurs en les faisant confiance. De cette manière les deux parties vont acquérir chacun de nouvelles connaissances et compétences. Enfin, dans la gestion des problèmes, la direction n’entre pas. Si elle n’est pas concernée, elle laisse les personnes concernées régler leur problème d’elles-mêmes. De plus, avec l’instauration de l’autorégulation, tout le monde peut s’exprimer librement en cas de problème et désaccord. Vous pouvez aller sur www.lemanagerefficace.fr pour plus d’informations.

Les atouts de management participatif 

L’adoption du style de management participatif génère nombreux atouts pour l’entreprise.

Le management participatif exemple supprime la hiérarchie dans une entreprise. Manager et salariés sont devenus des collaborateurs avec des mêmes objectifs : le développement de l’entreprise. Le manger sera vu comme étant un leader qui anime et motive son équipe. Dans ce cas, l’ambiance de travail sera plus agréable, car les collaborateurs se sentent écoutés, reconnus et valorisés. Ils n’auront plus l’impression d’être comme des esclaves qui ne sont là que pour exécuter des ordres. Ainsi, logiquement quand les salariés sont épanouis, leur productivité et créativité augmentent.

De plus, l’adoption du management participatif va améliorer la communication entre les salariés et le manager. En effet, les deux camps vont pouvoir dialoguer en permanence, par exemple, tous les mois ou toutes les semaines. Au cours de ces dialogues, ils pourront évoquer les problèmes qui ont besoin d’être réglés ou d’un objectif à atteindre. Dans ce cas, chacun pourront donner ses avis ou apporter des solutions. Le but est de trouver un commun accord pour le bien de l’entreprise. Ainsi, cette manière de faire va éviter d’éventuels problèmes hiérarchiques entre le manager et les managés.

 

Le management participatif : les limites

Bien que le management participatif présente plusieurs intérêts pour les entreprises, il existe aussi des dangers.

Il s’avère difficile de gérer le temps lors des prises de décisions. En effet, le manager dans l’entreprise doit écouter chacun des salariés afin de recueillir leurs avis sur une question importante au lieu de donner des ordres à suivre tout simplement. Ce processus reste plus long à exécuter. De plus, débattre sur des sujets sensibles et ainsi exposer des informations confidentielles peuvent s’avérer délicat pour la vie de l’entreprise. Cela pourrait être coûteux pour l’entreprise.

De plus, la recherche des compromis peut être difficile à mettre en œuvre. Dans ce cas, les opinions des salariés pourront être opposées. Ils ne seront pas tous d’accord sur les solutions proposées et certaines personnes ne vont pas être satisfaites des décisions finales à adopter.

En périodes de crise comme dans le cas de la délocalisation, de la réorganisation ou des licenciements, il est nécessaire de prendre une décision claire et d’adopter une stratégie globale et rapide. Ainsi, il faut une méthode plus efficace.

Enfin, le management participatif n’est pas encore accepté par tout le monde. Certains salariés adorent donner des avis et d’autres préfèrent exécuter des décisions plus claires.

Stratégie de croissance d’entreprise : conseils pratiques
Quels sont les objectifs pour une bonne gestion d’entreprise ?